Porno sénégalais et valeurs: la guerre est lancée!  

Sommes-nous en train d’assister à une véritable perte des valeurs de « soutoureu » et de « kerseu » si chères aux Sénégalais ? La tendance se confirme de plus en plus d’autant plus que la plateforme Seneporno fait de plus en plus parler d’elle. Aujourd’hui, le site web enregistre plus de 400.000 nouveaux visiteurs par mois sur un total d’environ neuf millions d’internautes dans le pays. Ce qui donne des sueurs froides aux défenseurs des valeurs sociales qui ne savent plus à quel saint se vouer. Après moult dénonciations sur les plateaux télé, radios et sur les réseaux sociaux, tout laisse croire que les Sénégalais ont, semble-t-il, pris le chemin de la débauche. La guerre est alors lancée entre pornographie et valeurs.

La pornographie au Sénégal : pas vraiment une nouveauté

Il faut dire que la pornographie au Sénégal n’est pas vraiment une nouveauté. Certaines personnes, dont la mauvaise foi saute aux yeux ont tendance à l’évoquer avec stupeur, comme s’il s’agissait d’un phénomène tout à fait nouveau. Les internautes sénégalais, depuis le début des années 2000, visitent des sites pornographiques comme Pornhub ou Youporn. Aujourd’hui, avec la généralisation des smartphones et des modes de connexion mobiles, le porno est accessible partout (dans sa chambre, un endroit tranquille, etc.). Certaines personnes ne se font tout simplement pas prier. Dès lors, la consommation de contenus pornographiques a largement évolué depuis quelques années et Seneporno ne fait que confirmer cette tendance.

Pornographie au Sénégal : quel est le rôle des acteurs sociaux ?

Avec le succès de Seneporno, plusieurs personnes (prédicateurs, animateurs, activistes, etc.) se sont posées en véritables défenseurs des valeurs sociales. En effet, leur objectif est de parvenir à bannir totalement ce site de l’environnement digital sénégalais. À défaut, ils misent sur une utilisation rationnelle du web et des réseaux sociaux pour qu’il n’y ait plus de scandales sexuels dus à une utilisation irresponsable d’un appareil mobile. Pour cela, le hashtag #Netattitude a été lancé par le réseau des blogueurs du Sénégal dont le but est de sensibiliser sur les dérives du web. Aujourd’hui, la prise de conscience sur les dangers du web semble effective. Cependant, beaucoup de Sénégalais ont encore du mal à accepter que la pornographie ait fini de s’installer dans leur quotidien.

Quel apport pour les autorités ?

Le rôle des autorités sénégalaises devrait tourner autour de deux points : la régulation et la coercition. Régulation, car le web recèle de plusieurs acteurs dont leur activité n’est pas contrôlée. Par conséquent, ceci ouvre la porte à plusieurs dérives, notamment l’atteinte à la vie privée d’une personne. Pour le volet de la coercition, il faut dire que la loi sénégalaise punit la diffusion d’images ou de vidéos à caractère pornographique d’une personne sans son consentement. D’ailleurs, les peines sont assez dissuasives et peuvent aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement. Mais malgré cela, les habitudes sur le web n’ont pas encore connu de véritables changements. La preuve, l’administrateur du site Seneporno, dont l’infraction est largement prouvée, est toujours en liberté et hors du pays pour le peu qu’on en sait…. Mais cours KOCC cours.

Partage l'article sur...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *