Affaire Khalifa Sall : Me Ndéye Fatou Touré « scalpe » le Procureur

Deuxième jour d’audience du procès Khalifa Sall

Me Ndéye Fatou Touré « scalpe » le Procureur

Le « Leboon Lipone » du procureur de la république lors du deuxième jour d’audience dans le procès de la caisse d’avance de la ville de Dakar n’a pas transporté le tribunal à Ndoumbélane, ce pays imaginaire souvent décrit dans les contes pour enfants. En carence d’arguments et incapable de convoquer un article de loi, le parquetier a jugé (le mot n’est pas trop fort) utile de recourir au mythe de Procuste, (ce héros de la mythologie grecque qui obligeait les voyageurs à se jeter sur un lit ; il leur coupait les membres trop grands et qui dépassaient du lit et étirait les pieds de ceux qui étaient trop petits) pour divertir le tribunal. Mal lui en a pris. Il apprendra à ses dépens que le prétoire n’est pas un espace ludique.

Me Ndèye Fatou Touré, saisissant son tour de parole relè

vera le caractère inapproprié de l’intervention du Procureur. Affûtant davantage ses mots, Me Touré, bien dans sa robe, a scalpé davantage le crâne lumineux de Bassirou Gueye qui faisait l’apologie du crâne rasé. « Ce n’est pas respectueux de votre part, devant cette salle d’audience, de faire l’apologie des têtes rasées (…) Nous sommes là pour une affaire très sérieuse et non pour un débat philosophique où l’on nous parle de lit ».

Moralité, Monsieur le procureur comprendra que toute force à une limite. Procuste par sa force nuisible est le symbole du conformisme et de l’uniformisation, seulement dans un tribunal nul n’a le monopole de la dérision fut-il le représentant de l’état. Certainement ce qui justifia le silence du ministère public pour le reste de l’audience.

Partage l'article sur...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *