politiqueSénégal

Lettre 1 réponse à Yandé Diop

0

Dakar, 17/01/18

#Psssttt

Ma chère Yandé

J’ai lu avec beaucoup d’attention votre lettre ouverte. Elle a soulevé en moi une multitude de sentiments.

Je vais tenter de répondre à vos interpellations.

Mon hastag #Psssttt peut sembler racoleur mais il me permet d’interpeller. Oui quand vous entendez #Psssttt vous marquez un temps d’arrêt même si vous ne vous retournez pas ou encore vous arrêtez vous allez marquer un temps d’arrêt.

Comme je vous le disais beaucoup de sentiments m’habitent mais la honte n’en fait pas partie.

Au moment où sur les réseaux sociaux c’est le #10YearsChallenge je me rappelle en 2009 où est ce que j’en étais de mon engagement. En 2009 c’était les élections locales au Sénégal, j’étais engagée avec la coalition benno siggil Sénégal.

Vous parlez de “ péripatéticiens du pouvoir” je suis heureuse 10 ans plus tard de voir que je n’ai pas cédé à l’appel de l’argent, que le discours que je tenais en 2009 est sensiblement le même aujourd’hui, que mes convictions n’ont pas fluctuées et je suis toujours droite dans mes bottes.

Non je ne fais pas partie des gens qui ont retourné leur veste qui ont ravalé leur vomi non je n’aurai pas HONTE.

Je suis fière d’être sénégalaise et cela quelque soit les turpitudes et les défauts de notre peuple. J’ose espérer que nous saurions les regarder en face mais surtout répondre dignement à l’appel de la patrie. Il est vrai que sur certaines questions je ne bombe plus le torse : la justice, la démocratie, l’équité, le respect de la parole donnée. Ce qui se passe dans notre pays est digne d’une grande république bananière. Mais je garde la foi envers et contre tout. Cette démocratie elle est le reflet de notre manière de penser d’agir et d’interagir. Si aujourd’hui certains se permettent des libertés, jouent avec notre constitution, nos textes et nos lois c’est parce que cela est notre volonté.

Qu’est ce qui nous arrive ?

Yande dans ce pays il y a ceux qui ont de l’argent,

Cet argent n’a pas de couleur encore moins d’odeur.

N’est-ce pas le maire de Guédiawaye nouveau locataire de cette cité qui affirme lors des locales de 2014 que tout à un prix.

Il nous arrive Yandé que l’argent guide tous nos actes, nos pas et nos actions.

Tu veux que l’on te déroule le tapis rouge, ait de l’argent, distribue aux pauvres prolétaires et fait chanter tes louanges par des laudateurs et tout tu seras pardonner. Oui tout absolument tout

Rien à faire que cet argent ait été destiné à la case de santé, à l’éclairage public ou encore aux voies publiques.

Totalement en phase avec vous quand vous dites-nous avons tue Mamadou Dia, Cheikh Anta Diop, Blondin Diop ou encore Mamadou Diop.

Oui nous sommes coupables de ces crimes. Il faut se rendre à l’évidence le Sénégal qu’ils voulaient dont ils rêvaient n’est pas ce à nous aspirons pour nos citoyens.

Dans ce pays il faut “time seye none”

Wotuu gnou la tekk beutt

Mouslou tiate

Oui il faut que je sois au-dessus des autres

Il faut que j’aie plus que les autres

Il me faut être au-devant

L’équité, l’égalité ce n’est pas dans notre culture Yandé. Chez nous il y a les uns et les autres. Les guers et les castes. Des hommes et des sous hommes. Des riches et des pauvres.

Sur la question de la croyance si nous étions des Mourides, des Tidianes, des Khadres, des Layennes etc… la corruption ne serait pas un fléau, le mensonge un créneau, et le reniement de la parole notre quotidien.

Les écrits de ces hommes de Dieu sont là. Mais comme tu le constates on jure que pour mieux mentir.

Sur la question de l’élection présidentielle je vous répondrai prochainement

#Psssttt lettre ouverte de Yande Diop #Lettre1

Previous article

Lettre 2 à Galsencitizen

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in politique