citoyennetépolitiqueSénégal

J’irai voter

0
Senegalese political party representatives observe while election officials count ballots at a polling station following presidential elections in the capital Dakar, February 25 2007. Long queues formed outside Senegal's polling stations on Sunday and voting hours were extended in an election President Abdoulaye Wade hopes will keep him at the helm of one of Africa's model democracies. REUTERS/Finbarr O'Reilly (SENEGAL) - RTR1MTMI

Lettre 3, réponse à Yandé

Hello Yande

Il m’est toujours extrêmement difficile de tutoyer quelqu’un que je ne connais pas mais dans la mesure où tu m’y invites je m’y plie.

Un proverbe français dit “ avant de discuter, définissez les mots”.

Pour Montaigne “Les ruses et les machinations ténébreuses ont été imaginées par les hommes pour venir en aide à leur lâcheté.”

Le mot peut paraître fort, lourd de sens mais c’est le seul que j’ai trouvé. Peut-être ai-je un vocabulaire limité mais au moment où je te parle c’est mon sentiment.

Notre pays est à la croisée des chemins, ce régime a réussi à diviser le Sénégal en deux : ceux qui sont avec eux et ceux qui sont contre eux. Les ‘’avec eux’’ peuvent se permettre toutes les dérives sans risque d’être inquiétés, les autres peuvent à tout moment faire face à la justice.

C’est une situation que nous ne pouvons laisser prospérer, nous devons chacun à son niveau prendre ses responsabilités.

A travers tes mots, je sens ta déception pour ce pays que tu portes en toi et pour lequel tu es prête à te sacrifier. Le mot sacrifice est tout aussi fort que celui de la lâcheté.

Quand je parle de sacrifice, je ne parle pas de ta vie, de ton sang mais de ta sueur. Tous ensembles dans le domaine dans lequel nous évoluons nous devons aspirer et travailler à un environnement plus propice à l’émergence de notre pays. Emergence, en voilà un mot bien galvaudé par les temps qui courent… un mot lourd de sens.

Nous devons mettre fin à ce sentiment d’injustice partagé. Nous devons faire un choix judicieux entre les différents programmes qui s’offrent à nous par le biais des candidats retenus.

Oui, ils sont cinq retenus par le conseil constitutionnel.

Entre 5 candidats déclarés pour les prochaines joutes électorales.

Pour moi, le choix sera fait entre les 5 :

Ousmane Sonko

Idrissa Seck

Issa Sall

Madicke Niang

Bulletin blanc

Ne pas voter impensable

Le 24 février, j’irai voter. C’est un droit fondamental que je compte exercer, je m’en suis assurée en m’inscrivant dès les premières heures, en suivant de très près la distribution des cartes et en récupérant la mienne dès qu’elle a été disponible.

En est-il de même pour tous les citoyens ?

Si on se fie aux dernières élections et aux piles de cartes non récupérées dans les commissions NON. Nombreux de mes concitoyens seront à nouveau privés de leur droit de vote. Est-ce volontaire ? Je ne saurai m’avancer sur cette question, mais ce qui est sûr et certain, nous avons vécu une période préélectorale qui ne présage pas d’élections libres et apaisées.

Décanter la situation ne dépend que d’un seul homme, le président sortant, Macky Sall, j’ose espérer un sursaut de lucidité de sa part.

Yandé, le 24 j’irai voter, pour qui on verra….

 


Lettre 3 à Galsencitizen

Previous article

Lettre 4 à Galsen Citizen

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in citoyenneté